La médecine d’Asie

Du côté de la Chine, de la Thaïlande et du Vietnam

Le Tai Ji Quan est venu à moi en 2008, une révélation, le début de la voie du Tao.

Les enseignements de Michel Voirol, Tew Bunnag, Dirahvamsa, Karine Bayard, Richard Farmer, et Thich Nhat Hanh entre autres, m’ont permis d’approfondir mes connaissances et ma pratique tant de Tai Chi que de Qi Gong, de méditation Vipassana et en pleine conscience et de m’ouvrir aux enseignements du taoïsme, du bouddhisme et du bouddhisme zen. J’y ai également découvert les enseignements subtils du Yi King.

Qu’est-ce que le Tai Chi et le Qi Gong?

Pour résumer simplement, la pratique du Tai Chi/Tai Ji Chuan (art martial) sert à faire circuler l’énergie et celle du Qi gong/Chi Kung à la renforcer. Dans mes cours, même si une grande partie est dédiée à l’apprentissage et à la pratique de différents Qi gong, j’aborde toujours l’aspect martial (la boxe des ombres: votre seul ennemi est vous-même) et les formes.

Une pratique complète du Tai Chi comprend

  • le travail des formes,
  • l’aspect martial (lutte et jeux de mains (Tui Shou)),
  • la pratique de différents Qi Gong (partie reliée à la santé, à la médecine traditionnelle chinoise),
  • la pratique de la méditation,
  • l’enseignement taoïste (dans ma pratique l’enseignement bouddhiste et bouddhiste zen également).

Pour conclure, j’emprunte ces mots à Michel Voirol dans son livre « un chemin spirituel »: <<gymnastique douce, relaxation en mouvement, exercices thérapeutiques, technique de longévité (sans oublier l’adoption d’une hygiène de vie saine et vertueuse), école de maîtrise de soi, le Tai Ji Quan et le Qi Gong sont certes tout cela. Mais ils sont aussi une voie de réalisation, une découverte de soi et de l’autre, une ouverture, un art de vivre, un outil de paix.>>

Du côté de l’Inde et du Tibet

La découverte de l’alchimie védique dans les soins énergétiques avec Séverine Favre et du Yoga avec Sandra Brandstetter, celle du pranic healing de Master Choa Kok Sui a étayé la palette de mes connaissances en matière de médecine ancestrale venue d’Asie.

Comme j’aime souligner les liens, je vous invite à considérer la similitude entre les médecines védiques et celtiques, le rôle et les connaissances des brahmanes étant semblables à celui des druides, car tous provenant de cette fameuse branche indo-européenne primaire.

Voici quelques liens complémentaires, n’hésitez pas à cliquer dessus pour en savoir plus.